Qu’est-ce que l’Europe ?

« Ni une expression géographique, ni la plus grande union douanière du monde, ni un ensemble d’institutions bureaucratiques, ni de mièvres rêveries de songe-creux pacifistes. Pour Emmanuel Levinas, « l’Europe, ce sont ra Bible et les Grecs ». La Bible, c’est-à-dire le message judéo-chrétien enjoignant à chacun d’être le «gardien de son frère ». Les Grecs, c’est-à-dire le logos, le discours rationnel qui extirpe la pensée des schémas établis, et qui a permis —phénomène unique dans l’histoire de l’humanité – de se distancier des sociétés traditionnelles où la vie est un scénario immuable, rejoué inlassablement générations après générations. L’ouverture de la boîte de Pandore est sans aucun doute une arme à double tranchant, qui peut devenir suicidaire si elle n’est pas maîtrisée. Nous pourrions ajouter à la liste de Levinas les Romains, avec leurs lois écrites, appliquées de manière égale à tous et à chacun : dura lex sed lex. La conjugaison de ces éléments définit la face lumineuse de l’Europe comme l’utopie d’un espace modèle, soft power porteuse de paix, de prospérité, et d’éthique. Ceci sous réserve, en contrepartie, d’un immense effort personnel pour que, dans toute relation à autrui, l’affirmation de soi ne passe pas par l’abaissement de l’autre. »

Rémy Volpi

Actes de la seconde convention des fédéralistes européens, Lyon juin 2015.